Client

Stad Antwerpen

Catégorie

Campagne

Site web

stadantwerpen.com

Pourquoi n’y aurait-il pas de place sur LinkedIn pour l’économie sociale ?

La ville d’Anvers compte 13 entreprises dont les salariés ne sont pas inscrits sur LinkedIn. Ces derniers sont handicapés, mentaux ou physiques, ou originaires d’un milieu défavorisé. Bien que ces entreprises axent davantage leur travail sur le travail social que sur la génération de réels profits, elles affichent un carnet de commandes bien rempli. Ces commandes proviennent d’autres entreprises, quant à elles à but lucratif.

Le mouton noir des réseaux sociaux

À l’heure actuelle, les personnes fraîchement diplômées ne perdent plus une minute pour aller flâner sur LinkedIn. Elles y découvrent de nouvelles entreprises et nouent le contact avec de potentiels employeurs qui, dans d’autres circonstances, n’auraient jamais eu vent de leur existence. La majorité des personnes actives sont aujourd’hui inscrites sur le fameux réseau social professionnel.

Toutes, à l’exception des personnes employées par l’économie sociale. Nous avons donc décidé d’agir. Dorénavant, diverses entreprises anversoises actives dans le secteur de l’économie sociale pourront compter sur l’aide de LinkedIn pour remplir leur carnet de commandes.

Effet boule de neige

Nous avons aidé les personnes travaillant dans le secteur de l’économie sociale à se créer un profil LinkedIn et à envoyer des demandes de connexion aux concurrents de leur employeur actuel. Nous les avons également aidés à exploiter le mieux possible l’espace réduit réservé à la rédaction d’un message personnel. D’un simple coup d’œil, les entreprises contactées ont ainsi pu prendre connaissance des opportunités de collaboration qu’offraient les ateliers protégés.

L’économie sociale sur LinkedIn, ça fonctionne !

Les 4 entreprises anversoises ayant participé à notre expérience totalisent déjà plus de 2000 connexions pertinentes sur le réseau social. Plusieurs de ces connexions se sont révélées être de vraies pistes commerciales pour de futures commandes.